Mytho : mentir à en crever?

Rien n’est plus réjouissant que de tomber sur une bonne série…Aujourd’hui, on va parler de Mytho, la nouvelle série française disponible sur Netflix depuis le 28 novembre 2019. La série était déjà disponible sur Arte depuis octobre mais il semblerait qu’elle me soit passée sous le nez! J’aime bien tomber sur ce genre de série qui mêle dramatique, comédie et psychologie. En plus, c’est une série française…Que demander de plus!

De quoi ça parle?

Elvira, mère de trois enfants est une épouse dévouée malgré l’indifférence de son mari. Elle se sent de plus en plus transparente aux yeux des siens. Après s’être découvert une grosseur bénigne au sein, elle décide de mentir à sa famille et de leur annoncer qu’elle a un cancer. Un mensonge qui va totalement changer sa vie et lui apporter l’amour et l’attention qu’elle espérait depuis si longtemps. Mais feindre la maladie s’avère plus lourd à porter que prévu…

Un petit bijou

Ce que j’ai aimé…

  • Les acteurs principaux : Tout d’abord, Marina Hands qui joue le rôle de la mère de famille est sublimement énervante parce qu’elle joue bien et qu’on y croit. Son énorme mensonge est tel une épée de Damoclès sur sa famille et au début, elle s’en délecte, elle veut de l’attention peut importe le prix. Très vite, tout devient hors de contrôle. Ensuite, Mathieu Demy qui joue le rôle du père blasé et infidèle, limite effacé de la vie familiale. Quand il apprend la supposée tumeur de sa femme, il se transforme en mari charmant, romantique. L’annonce de la maladie relance la flamme et ils sont beaux ensemble, leur couple fonctionne très bien à l’écran.
  • La bande-son de la série : Comment reconnaît-on une bonne série? Un bon synopsis, un bon jeu d’acteur et une excellente bande-son! Pardi! Avec Mytho, on est servi la musique tombe à point nommé et fusionne avec les images. La bande-son amène l’univers : la folie s’invite dans une banlieue où tout semble tranquille. On passe de Charles Aznavour à Zamdane (que je ne connaissais pas au passage!), de Charles Aznavour à la musique électro : une belle découverte!
  • Il y a l’histoire principale : ce gros mensonge qui enfle et s’étend et il y a plusieurs petites histoires dans l’histoire. Chaque personnage vit son petit drama : des voisins chelous, un amour impossible, un amour d’enfance, un accident…Et j’ai aimé ça, toutes ses questions en suspens…Il y a de la matière pour les prochaines saisons.

Quand la charge mentale mène à la folie…

En gros, la charge mentale c’est toutes ces petites merdes du quotidien qu’on accumule en plus du travail et qui nous plongent lentement vers une dépression certaine comme la liste de courses, les repas, le ménage, s’occuper des besoins des enfants alors que son conjoint joue aux jeux vidéos. C’est l’inégalité de partage des tâches quotidiennes entre l’homme et la femme.

Mytho m’a mis face à mes peurs, dans certaines scènes je me suis reconnue, j’ai vu mes névroses. Je suis la femme qui veut tout gérer, qui fait tout mieux donc qui fait tout. La femme qui est en quête de la perfection domestique. J’ai compris l’importance de casser la routine en voyageant, en prenant soin de soi. Derrière mon écran, je me disais qu’elle était folle et en même temps, je me suis mise à sa place, comment j’aurais pu réagir? Est-ce que j’aurais pu m’arrêter à temps? On se remet en question sur ses propres limites. La frontière est tellement mince entre la normalité du quotidien et la folie, on ne se rend pas compte du moment où on glisse vers la démence.

Pour mieux comprendre le concept de charge mentale de manière ludique et imagé, je vous recommande le blog d’Emma.

La série Mytho a reçu le prix du public et le prix de la meilleure actrice pour Marina Hands lors du festival Séries Mania.

La saison 2 de Mytho est d’ores et déjà bouclée et le tournage devrait débuter en Janvier 2020. Le réalisateur, Fabrice Gobert confie d’ailleurs au site du CNC que cette saison 2 de Mytho « était prévue pratiquement dès le début. L’idée que ça puisse se terminer à la fin de l’épisode 6 était dans l’air, et j’ai dit non : je voulais qu’on continue à voir vivre ces gens, à les regarder se débattre avec leurs problèmes. Je trouvais ça passionnant. C’est vraiment une série au long cours, qui a été imaginée comme ça. »

Pour la suite, j’aimerais qu’on développe toutes ses petites histoires dans l’histoire et qu’un autre membre de la famille fasse un énorme mensonge. Il pourrait y avoir un énorme secret dans cette banlieue paisible, genre des voisins membres d’une secte, un meurtrier…quelque chose d’inattendu et de palpitant…J’ai hâte!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s